C’est la question à 100 balles

Couscous Story I:

– Mais c’est qui ce mec?
– Je crois qu’il s’appelle Matheo …
– Il a l’air d’un abruti tu ne trouves pas ?
– Non pas vraiment, j’ai plutôt l’impression qu’il ne se sent plus.
– Pourquoi tu dis ça ?
– Parce qu’il a un site internet… il doit se prendre pour une star..
– Un site internet ?
– Un journal intime d’un Arabe qui se balade dans Paris et qui adore tintin …un truc dans le genre … enfin tu vois l’oiseau!
– Rassure-moi, il ne va tout de même pas travailler avec nous?
– Pas avec nous directement, n’aie pas peur, mais il a déjà été embauché, sans même un entretien d’embauche, tu le crois?
– Il a dû coucher … c’est pas possible autrement! Je comprends maintenant la démarche de canard du patron…
(rire) – Arrête tes conneries, j’ai cru comprendre qu’il tiendrait une rubrique dans notre magazine.
– Laquelle?
– C’est la question à 100 balles! enfin à 15 euros.
– C’est bizarre, j’ai l’impression qu’il se dirige dans notre direction…
– Avec tes conneries tu vas nous apporter la shkoumoune…
– C’est pas vrai, elle insiste la merguez! Il se rapproche!
– Tu vois pas que l’on soit obligé de travailler avec lui quand même?
– Méééééé non … et puis tu sais bien que j’ai horreur des Arabes … je ne le supporterais pas! Si on me l’impose ce sera lui ou moi…
– Moi c’est pareil, tu le sais…je dirais même ces quatre vérités au patron dès sa présentation.
– On va pas s’laisser mener à la baguette par les Arabes non? … sans blaaaaaague……..Meeeeerde
– Mais il se rapproche de plus en plus …. Il est tout prêt… faisons semblant de travailler .. On a de la visite…
(le patron entre dans leur bureau)
– Bonjours messieurs .. Comme vous vous en doutiez, je vous présente Mohamed Bachibouzouk, votre nouveau collaborateur… Matheo, je vous présente Etienne Leglang et Thierry Verge deux de nos meilleurs éléments.. vous allez bien vous entendre …
– Patron?
– Oui Etienne..
– Je ne peux pas..
– Vous ne pouvez pas quoi ?
– Accepter de travailler avec Monsieur …
– Et pourquoi ?
– … c’est trop d’honneur que vous nous faites… Monsieur est célèbre je crois? Nous ne sommes que de petits journalistes de paille.
– Et modestes avec ça… Vous voyez Mohamed, la crème du journal est dans ce bureau … mais ne vous en faites pas Etienne, Mohamed n’a pas la grosse tête…
– Matheo : on pi même dire dans mon cas le “melon”
(Matheo est pris d’un fou-rire de sa blague dont il est le seul à rire)
– Vous voyez! Ce sera tout?
– …
– Je prends ça pour un oui. Comme je tiens à ce que Mohamed ..
– Appellez-moi Matheo, ji vous en prie..
– Je tiens à ce que Matheo, s’intègre très rapidement à notre équipe à midi je vous offre trois heures et un bon repas aux frais du journal pour faire connaissance. A tout à l’heure messieurs.
(il quitte le bureau)
Gros silence ..
– Alors Matheo, vous voilà un membre à part entière de notre rédaction. Bienvenu!
– Ji suis très content .. . mais on peut se titoyer?
– pas de problème …au contraire ..
– C’est que j’ai un p’tit accent qui chante le soleil … ça gazouille sec, j’y n’arrive pas à l’enlever…
– On va y travailler ….. Non j’déconne (tape dans le dos), mais nous ne l’avions pas remarqué .. hein Etienne?
– Noooooonnnnnnnn

Couscous Story 2 :

Le temps a fait son oeuvre et nous retrouvons nos “compères” quelques semaines plus tard…
Ce matin là, le patron déboule dans leur bureau et hurle :
“Etienne, Thierry et Matheo! Dans mon bureau!”
Il claque la porte, ne leur laissant pas même le temps de lui dire bonjour.
Un ange passe.
– Thierry : Il avait l’air énervé ou c’est moi ?
– Matheo : J’y ti confirme. Il est tri tri inervi.
– Etienne : Je suis sûr que c’est pour l’article de Matheo sur le port du foulard dans les salles de musculation.
– Matheo : Les foulards ci joli. Ji trouve que ça manque di joie dans li salles. Ci pas ma faute quand même?
– Thierry : Bon les filles, arrêtez vos gérémiades! Ils faut se serrer les coudes là!
– Matheo : moi ji sers rien du tout … la main oui, mi pas li coudes!
– Thierry : Pfff … là, t’es lourd Matheo! C’est une expression. T’es journaliste à temps partiel ou quoi? Toi parler français?
– Etienne : Thierry!
– Matheo : (fâché) Ji vous laisse car j’ai la boule!
– Thierry : la quoi ?
– La boule quoi … ji suis comme li PiDiGi ..j’ai li nerfs ..
– Haaaa t’as les boules Raoul?
Matheo s’éclipse …
– Etienne : T’es malade ou quoi?
– Thierry : Ce n’est rien je déconne!
– Je n’apprécie pas tes plaisanteries, tu vas nous attirer des ennuis.
– Je te dis que ce n’est rien. Ce n’est qu’un Arabe …
– Un Arabe oui, mais c’est aussi un collègue qui travaille avec nous tous les jours!
– Et alors? T’aimes les Arabes toi maintenant ?
– C’est bien ce que je te dis … ti malade toi!
– Ti vois! Ti commences même à parler comme lui!

Etienne rattrape Matheo dans le couloir laissant Thierry à son nouvel accent.
– Matheo! T’as fini d’avoir la boule?
– Ji encore un p’tit peu là!
– Où ça?
Matheo montre du doigt son cou.
– Là!
– Comment ti trouves la manière dont Thierry mi parle ?
– Je n’ai pas fait attention … pourquoi ?
– Il mi regarde comme si … il ni mimi pas!
– Au contraire, je crois qu’il t’aime bien … mais à sa façon.
Matheo lui confie dans le creux de l’oreille :
– Ji l’impression qu’il n’aime pas lis Arabes!
– Je ne veux pas être méchant, mais beaucoup de monde n’aime pas les Arabes, Matheo. Malheureusement ce n’est pas un crime.
– Ji sais bien qui ji ni peut pas plaire à tout le monde. Mais heureusiment qui y a di gens comme toi! Ci rassurant!