J’étais même assez mauvais

Matheo la classe: Contrairement à beaucoup d’arabes, je n’ai jamais su draguer. J’étais même assez mauvais. A l’âge ou l’on découvre ses attributs, j’étais obnibulé par un seul type de femmes (brune à forte poitrine). J’en oubliais toutes les autres et passais, de ce fait, à coté de réelles occasions. Je n’avais pas d’approches précises et j’étais timide. Quand j’y repense, je draguais par procuration. Dès qu’un ami était dingue d’une nana, je lui donnais des conseils (moi!) et suivait son affaire avec sérieux. J’allais même jusqu’à lui demander un rapport quotidien et à l’analyser pour mieux l’aider. Je n’avais aucun talent particulier et ne cherchais pas à en avoir. Ma stratégie? Attendre qu’une belle brune fasse le premier pas et me drague.

Autant dire que je l’attends toujours. Sans vouloir passer pour un dinosaure, j’ai l’impression que depuis 15 ans les choses ont bien changé. Les femmes n’ont, maintenant, aucun complexe à draguer ouvertement si nécessaire, mais je me trompe peut-être. Il y a longtemps, j’ai assisté à une scène horrible. J’étais dans un wagon du métro qui était plutôt calme. Nous étions deux, un clochard et moi-même.

J’étais sur le point de changer de place tant son odeur était prenante. A cet instant les portes automatiques se sont ouvertes et une superbe brune à forte poitrine a fait son entrée. J’étais heureux car nous étions en été. Elle ne portait donc que le minimum syndical et ne m’a pas adressé, à mon grand désarroi, le moindre regard. Elle a commencé à parler au type qui puait l’alcool et la crasse. Elle s’est assise à ses cotés et à sympathisé. Le reste, je ne peux le raconter ici tellement j’ai été choqué. Disons qu’après ces scènes je n’avais plus aucune raison d’être timide avec les femmes.

Shabat Matheo:

Au risque d’en étonner certains, je n’ai aucune forme d’animosité envers les juifs. J’ai même le sentiment de partager avec eux un passé commun. Une religion qui n’est pas si éloignée de l’islam. Bien évidemment, beaucoup d’ânes arabes et juifs (‘bhiim’ en arabe) vous diront que tout n’est pas aussi simple et patati et patata… Mon opinion est pourtant toute bête:

Nous sommes tous les enfants du même Dieu.

Je parle évidemment de l’Islam, du Judaïsme et de toutes les religions qui enseignent l’amour et la tolérance.
A la lumière de ces explications, vous me comprendrez peut-être un peu mieux. Je ne dis pas toutes ces choses pour remplir une page web, mais parce qu’elles font réellement partie de ma vie. Même les derniers événements en Israël ne changent rien à ma réelle affection envers ce peuple. Je forme le vœu qu’il finira d’une manière ou d’une autre par trouver la voix de la sagesse et de la paix auquel il a le droit autant que ses voisins. Je suis évidemment ouvert à toutes discussions sur ce vaste sujet dans le respect des religions que j’ai évoqué.