Savoir dire non

Je crois que la chose la plus importante que j’ai apprise depuis que je fais de l’alternance, c’est à dire : « non ».

La première fois, c’était pour claquer la porte de la famille d’accueil où j’étais jeune fille au pair. Un jour, j’ai décidé que servir de boniche au père de la famille ne faisait  pas partie de mes attributions. J’ai bien sûr été renvoyée sur le champs et même si cette période n’a pas été facile à gérer, j’ai toujours été fière d’avoir su m’affirmer.

Mais quand il s’agit de jouer son avenir, pas facile d’avoir les nerfs de poser un ultimatum. Alors, comment et pourquoi dire non à son employeur ?

Plus je vieillis  (enfin pas tant que ça quand même !) et plus je me rends compte qu’en tant que « stagiaires », nous sommes notre principal ennemi.

Héritage du lycée où le prof, en véritable dieu, dispensait les bonnes et mauvaises notes, nous sommes habitués dans une certaine mesure à être soumis. Je pense qu’inconsciemment, nous avons tendance à courber l’échine plus qu’un autre salarié et que du coup, cela renforce la position monarchique de certains tuteurs. Ce qui donne parfois des petites réflexions épiques.

Alors évidemment, il ne s’agit pas d’envoyer bouler tout le monde , tout le temps, mais de se respecter assez pour affirmer ses exigences.

Cela ne sert à rien d’accepter un poste juste pour avoir une entreprise. Je l’ai fait et croyez-moi que je l’ai regretté.

J’ai terminé mon dernier contrat par une rupture à l’amiable et c’est épuisant moralement (ça et les photocopies que je faisais toute la journée !). Mais encore une fois, même si c’était dur sur le coup, je n’ai jamais regretté d’avoir affirmé mes droits (en l’occurence refuser de signer un avenant illégal !) puisque mon stage actuel correspond tout à fait à ce que je voulais faire et que l’ambiance est géniale!

Mais pour bien négocier, il s’agit premièrement de connaître ses atouts et ses limites (Ai-je les moyens financiers de refuser ? A quoi je m’expose si j’accepte ? Puis-je essayer de négocier ?). Deuxièmement, il faut se donner les moyens d’être exigent. Il est évidemment plus facile de négocier les conditions d’un poste quand on a encore du temps pour trouver une entreprise. Il faut également savoir à quoi l’on est capable de renoncer (Ai-je les moyens de payer mon école ? Suis-je prêt à prendre un job étudiant en attendant?) .

Lors de ma dernière négociation, j’ai refusé un stage que je trouvais sous-payé par rapport à mon expérience  J’étais vraiment prête à le laisser filer malgré son intérêt. J’ai dû avoir raison de ne pas me dévaluer puisqu’on m’a finalement annoncé que le salaire était doublé.

J’ai donc accepté le poste et je ne le regrette pas! La Folle!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *